Actualité > Kanaky : un référendum pour l’autodétermination est prévu le 4 novembre, mais (...)

Kanaky : un référendum pour l’autodétermination est prévu le 4 novembre, mais les dés ne sont-ils pas déjà pipés ?

Un meeting a eu lieu, à Paris, le 19 septembre, permettant de mieux comprendre la situation. L’USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités) explique que lutter contre le colonialisme c’est aussi lutter contre son emprunte ici : « guerres, racisme, migrations, mépris, surexploitation, xénophobie contre les immigrés, un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre ! ». En 2006, l’USTKE crée le Parti Travailliste (PT). Son représentant au meeting raconte comment leurs 2 élus, sur les 25 qui siègent au Parlement, n’ont de cesse de dénoncer les irrégularités dans les listes électorales.

S’il manque des Kanak sur les listes électorales, d’autres personnes surtout européennes ou venant d’autres îles sont indûment inscrites. Il est clair que le but de l’Etat français est de dissoudre l’identité Kanak dans un « peuple calédonien », de prôner l’acculturation. Les emplois des Kanak sont toujours en bas de l’échelle, la question sociale est partout prégnante. Chômage, précarisation des emplois dans les ports, nickel et pollutions… L’Etat français prétend à un rôle d’arbitre, alors qu’il est responsable de la colonisation et de sa perpétuation. Pour l’impérialisme français, la nouvelle Calédonie est une terre de peuplement, exactement comme l’était l’Algérie du temps de la colonisation. Bizarrement, le lien avec la France qui est à 22000 km serait plus important que des liens avec d’autres peuples régionaux !

De quelle indépendance parlent l’USTKE et le PT ? « Pour un destin commun, avec une démocratie socialiste, pas une revendication d’exclusion, une indépendance ouverte, pour l’amitié entre les peuples, afin de pouvoir parler sur le banc des nations au même titre que les autres ». Oui, mais quelle classe va diriger cette indépendance ? Comment aller au socialisme ? C’est quoi cette démocratie socialiste ? On a du mal à voir.
Les indépendantistes sont divisés sur la tactique. Le FLNKS, qui n’est pas venu au meeting, appelle à voter pour l’indépendance, alors que l’USTKE et le PT sont pour ne pas aller voter. Ils ne parlent pas de boycott actif comme en 1988. Prudence, ils ne font pas de critiques directes du FLNKS car « on se retrouvera après le referendum ».
Quelles solidarités ? Ho Chi Minh avait décrit le capitalisme comme « une pieuvre qui a deux ventouses, une ventouse qui suce le sang du prolétariat français et l’autre qui suce le sang du peuple vietnamien et des peuples coloniaux en général ». Couper les ventouses, c’est agir aussi ici, dénoncer la duplicité de ce référendum, amplifier notre solidarité, informer les prolétaires en France, rentrer en contact ici avec nos camarades kanak.

Correspondant OCML VP

Soutenir par un don