Approfondir > Partisan Magazine N°9 est sorti !

Partisan Magazine N°9 est sorti !

Editorial


L’outil est fonction du travail à faire

 

Il n’a pas fallu attendre quatre ans pour qu’on descende dans la rue contre le nouveau Président et son gouvernement. Macron, pourtant, se disait « ni de gauche, ni de droite ». Une belle manœuvre de récupération, en réalité.
Le bilan du quinquennat Hollande confirmait en effet une fois de plus ce que nous disions depuis toujours : gauche = droite. Avec des nuances bien sûr, mais en opposition avec ce que le PCF et tous les réformistes nous répétaient depuis des dizaines d’années. Gauche = droite, le constat est dangereux pour la bourgeoisie, car il alimente l’abstention aux élections et il peut conduire à une opposition dans la rue et par la grève.
Je ne lance pas un nouveau parti, disait aussi le candidat Macron, je lance un mouvement. Les partis traditionnels ont fait faillite. Belle manœuvre de récupération, en réalité.
Récupérer, nous dit le petit Larousse, c’est « reprendre les idées d’un mouvement social, politique, etc., pour s’assurer le contrôle de ce mouvement et le neutraliser, ou pour tirer parti de ses idées à des fins déterminées. » Les travailleurs ont bien vu que le rejet des partis n’était que manœuvre politicienne. La réalité est maintenant là : un nouvel épisode de politique capitaliste pure et dure. Mais avez-vous vu ce qu’est devenu le rejet de l’outil politique « traditionnel », le parti ?
Premier pas : pour se présenter aux élections, il faut être légalement déclaré comme parti politique. Mais surtout, être une machine électorale, puis avoir des élus qui forment la colonne vertébrale de votre organisation, n’est-ce pas tout ce qu’il y a de plus traditionnel ? La République En Marche et la France Insoumise avaient, cet été, un gros thème de débat identique : comment être en tous points, pratiquement, dans le rôle d’un parti traditionnel et ne pas apparaître comme un parti traditionnel ; et pouvoir continuer à se dire mouvement ? Mission impossible. Et déjà la récupération se démasque.
Une différence notable subsiste pourtant, le rôle irremplaçable de l’homme providentiel (de la femme en ce qui concerne le FN). Les membres de la République En Marche se voyant plus ou moins réduits à un parti de godillots, au service d’un président jupitérien, comme les gaullistes au temps du Général. Et la France Insoumise se définissant comme « un mouvement de citoyens individuels qui se reconnaissent dans la démarche de Jean-Luc Mélenchon ». Alors, pas de congrès, pas de votes, de responsables élus et révocables, pas de centralisme démocratique ? C’est la tendance. Où est le progrès ?
En vérité, l’outil est fonction du travail à faire. Si l’essentiel, conformément à la Constitution, commence par changer de président, un réseau de godillots ou de groupies fera l’affaire. Mais si, dès maintenant, vous voulez changer la société, transformer les conditions de vie et de travail, l’économie et l’écologie, et ceci sur toute la planète, un solide parti révolutionnaire sera indispensable, pour commencer.
Ici, un autre danger de récupération vous guette. La roue de secours du capitalisme : la direction syndicale réformiste. Réformistes, les uns le sont ouvertement, misant sur les négociations, menées par eux-mêmes, à commencer par celles qui se tiennent dans les salons ministériels et présidentiels. Les autres sentent la nécessité de quelques mobilisations, comme l’écrivait Marx (lettre à Engels du 16 mai 1855) : « Les réformateurs, visiblement, voulaient que la plèbe travailleuse ne fasse pas autre chose que de la figuration dans la rue, devant leur porte comme show et comme preuve de la popularité de leur mouvement ». Même notre lutte peut être récupérée…
Marx nous mettait aussi sur la voie à propos des hommes providentiels. A l’époque (en 1852), c’est Napoléon III qui jouait ce rôle : « La France ne sembla avoir échappé au despotisme d’une classe que pour retomber sous le despotisme d’un individu… Mais la révolution va jusqu’au fond des choses… Elle mène son affaire avec méthode… Elle perfectionne d’abord le pouvoir parlementaire, pour pouvoir le renverser ensuite. Ce but une fois atteint, elle perfectionne le pouvoir exécutif, …dirige contre lui tous les reproches pour pouvoir concentrer sur lui toutes ses forces de destruction… : Bien creusé, vieille taupe ! »
S’il y a récupération, c’est qu’il y a quelque chose à récupérer, à remettre dans le droit chemin du capitalisme et de la démocratie bourgeoise. Quelque chose qui a commencé à en sortir. Avec la conscience que la « gauche » est une impasse ; qu’il nous faut un parti de type nouveau ; que les directions réformistes sont en panne de stratégie crédible. La vieille taupe creuse… Poussée par la marche du capitalisme qui exploite, tue, réprime, et tente de récupérer tout ce qui déborde. Mais qui continue à s’enfoncer dans ses contradictions insurmontables, comme nous le rappelle ce numéro de Partisan Magazine. Vingt ans après son coup de l’homme présidentiel – son coup d’Etat du 2 décembre 1851 -, Napoléon III provoquait indirectement la Commune de Paris, référence première pour les Bolcheviks, et pour les communistes chinois lors de la Révolution Culturelle.
Ce que tout ouvrier conscient sait bien, c’est que sans organisation, on ne peut rien dire, ni rien faire. Et comment ne pas être récupérés ? En sachant clairement, au regard du passé, ce que nous voulons, et ce que nous ne voulons pas. En ayant notre organisation ouvrière indépendante, notre parti. Notre lieu de débat et de formation – notre démocratie. Et notre lieu d’unification pour la lutte révolutionnaire – notre centralisme. Dans ce travail d’organisation, que chacun fasse sa part, collectivement ! Sans attendre ni l’homme ni l’organisation providentiels !

 

Sommaire :

Editorial

A propos de la Guerre Populaire au Pérou, la trahison de la direction du PCP et la capitulation de Gonzalo

La crise ? Ce n’est qu’un début ! (T. Thomas)

A propos des interventions impérialistes en Syrie et au Kurdistan

DOSSIER
Lutter contre la pénibilité

- Lutter contre la pénibilité, lutter contre l’exploitation
- Notre blog « Où va la CGT ? » : La pénibilité au cœur de son analyse
- Amiante : emblématique !
- Rencontre avec deux ouvriers de l’OCML VP
- Lire & regarder sur le travail

 


A acheter au prix de 4€ à nos militantEs ou en envoyant un chèque de 6€50 (frais de port compris) à l’ordre de l’OCML VP (en indiquant le nom et l’adresse du bénéficiaire) à :
OCML VP * BP 122 * 93403 Saint-Ouen.
Il est aussi disponible dans certaines librairies, voir ICI.

Abonnez-vous !

Partisan magazine est la nouvelle publication de l’OCML Voie Prolétarienne. Son objectif ? Donner des outils de compréhension politique et théorique pour toutes les personnes qui luttent au quotidien contre ce système qui broie nos vies et ne nous offre aucun avenir autre que la misère et la guerre.
Le meilleur moyen de nous soutenir et de soutenir ce magazine est de vous abonner. Voir ICI.

Soutenir par un don